Camille Pradon © 2019

SÉMAPHORES

Photographies, 2016

Redeyef fait partie des toutes premières villes (dès 2008) à se soulever contre la corruption du régime de Ben Ali, quelques années avant le déclenchement du Printemps arabe.

Marquée par les portraits des martyrs de la révolution, la ville est abandonnée des pouvoirs publics et des politiques qui en ont été chassés. Au-delà de son enceinte, aux portes du désert, se trouve ce monument  témoignant des révoltes successives qui ont secoué la région et dont l’impact a été national.

Fiche technique
Photographies argentique, impression numérique sur papier mat 35 x 51 cm


Réalisée au cours d’une résidence dans le cadre du Festival de cinéma documentaire de Redeyef, Tunisie, à l’invitation du réalisateur Youssef Chebbi.